Journée Internationale de la Jeune fille

La représente de YOWA / BORNEfonden Togo au sommet de la jeune fille africaine à Bruxelles entrain d’échanger avec le staff de l’organisation allemande DSW venu du Kenya.

Nous sommes au deuxième jour de la rencontre des OSC (Organisation de la Société Civile) d’Europe et d’Afrique qui travaillent durement pour la mise en oeuvre effective du protocole de Maputo et son plan d’action (protocole a été adopté le 11 juillet 2003 pour protéger la jeune fille et la femme adulte). Car, après la ratification du protocole par 39 États, sa signature par 13 États sur 55, les contenus de ces deux cadres juridiques sont peu visibles dans les actions des États.

Ces organisations qui ont pour cibles principales les femmes et jeunes dont ce protocole fait grande place dans ses articles, ont continué les échanges sur les stratégies d’approches, les bonnes pratiques pour réduire les 4 obstacles/barrières à la mise en oeuvre du protocole et son plan d’actions évoqués au premier jour.

Les 4 obstacles sont d’ordre légal, politique, socio-économique et religieux-culturel. A ce deuxième jour, la représente de YOWA a intervenu pour partager les expériences de BORNEfonden et ses partenaires avec les jeunes dans les domaines de l’éducation, la santé, le droit à l’identité et la promotion de l’entrepreneuriat féminin avec les GE (Groupe d’épargne). Soutenue dans son intervention par le Conseiller Régional qui y prend part également, leurs interventions ont permis de montrer les approches droit et holistique utilisées avec une démarche de faire-faire (Responsabilisation accrue des cibles et partenaires institutionnels) avec les cibles jeunes et communautaires afin de créer les conditions pour une appropriation durable.

Il s’agit pour BORNEfonden de jouer un rôle de facilitateur des actions de développement. Des partages deux bonnes pratiques avec une appropriation communautaire et des femmes en matière de protection des enfants grâce au projet éduquer autrement (non-violence) a permis aux autres participants de mieux saisir l’effet durable des approches de BORNEfonden.
Les participants ont été très ému par le témoignage d’une jeune fille bénéficiaire des actions de DSW au Kenya.

Après une adolescence difficile qui l’a contrainte à devenir tôt une mère, elle est devenue aujourd’hui une leader à travers une auto organisation des jeunes filles mères pour promouvoir leur épanouissement. Cette organisation dénommée MUKURU Young Mothers Organisation qui regroupe plus de 14 membres essaie de redonner espoir à ses membres.
Au bout de deux jours, la délégation de YOWA trouve déjà des pistes d’apprentissage avec cette organisation de jeunes filles mères mais aussi les autres en matière de communication et de plaidoyer surtout où YOWA et le nouveau partenariat stratégique vont s’investir dans les mois à venir.
Demain, le 11 octobre 2017, un grand jour du séjour sera consacré à la célébration de EWAG (European Week of Action for Girls) et l’après-midi au SoAWC (State of African Women Campaign) pour marquer au coeur de l’Europe à Bruxelles, le fille et la femme africaine.
Puisse YOWA et ses partenaires ne pus être à la marge de ces grands événements qui sont consacrés à l’Afrique.

Essodeyouna GNAKOU 

Vous avez à côté de moi (première de la droite vers la gauche) une actrice de IPPF EN à Bruxelles, à la troisième position, la togolaise YOUGA Yolande et un responsable de YMCA venu du Kenya

Partagez avec vos amis

Vous aimerez aussi...