Au centre Kandyaa, les enfants apprennent à produire ce dont ils ont besoin

Ensemble avec les enfants du Centre Kandyaa nous avons mis a profit autrement   ces moments-ci où les jours fériés se sont enchainés dans notre pays. Nous avons désherbé, biné, repiqué, puis arrosé dans notre potager. A chaque fois que l’occasion se présente pour travailler ensemble, les enfants se sont adonnés à la tâche toujours  avec joie.

Dans le Potager du Centre Kandyaa

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

Ici on désherbe

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

On désherbe par ici

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

On se prépare à repiquer

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

On repique

Les mineurs dans le Potager du Centre

Les mineurs dans le Potager du Centre

On arrose

Que ce soit dans le potager ou à la ferme agropastorale, ils sont tous contents en travaillant. Et nous avons remarqué surtout que les enfants psychologiquement troublés  à l’arrivée au Centre éprouvent une forme de joie et de liberté au cours de ces activités, ils affichent un sourire large et sont très détendus avec leurs camarades. Même plus que dans les jeux.  Un constat que nous n’avons pas manqué de partager avec notre le psychologue du centre qui a vivement encourager que ces activités soient régulièrement menées surtout avec le  potager  du centre. En fait le périmètre maraicher que nous appelons potager  a été  initié  non seulement dans l’objectif de fournir au centre d’accueil ce dont il a besoin pour fonctionner en terme d’aliments, fruits et légumes, mais il vise aussi à amener les enfants que nous accueillons se rendre utiles pour leur communauté et à être autonomes plus tard.

Vous le savez déjà, le maraîchage est une activité qui peut nourrir l’homme à plus d’un titre. Nous accueillons des jeunes issues généralement des familles vraiment pauvres mais qui possèdent des espaces, des terrains qu’ils peuvent mettre en valeur. Il faut donc déjà apprendre à l’enfant qu’il peut réussir à changer sa vie et celle de sa famille s’il exploite bien ce qu’il a autour de lui.

Une petite source d’eau disponible et il peut produire suffisamment assez pour soi et pour les autres en revendant afin d’avoir quelques revenus. Par ce moyen nous pensons qu’on peut contribuer à réduire la pauvreté dans le pays. Inculquer aujourd’hui aux tous petits enfants les différentes potentialités que nous offre notre environnement immédiat et comment les transformer   pour répondre à nos besoins. Réussir à le faire constituera  à coup sûr un pas vers une amélioration des conditions de vie de nos populations.

Il est inconcevable qu’on se retrouve dans nos pays avec des familles qui peinent à offrir un  seul repas par jour aux enfants. Nous avons tout dans nos pays pour garantir la nourriture à chacun de nous.   Le droit à l’alimentation ne doit pas être un rêve pour les enfants sur le continent encore moins au Togo. Nous devons nous battre chacun à sa manière pour assurer à nos enfants une  alimentation quotidienne, c’est leur droit et il est prescrit dans le code togolais de l’enfant (Article 245 – Tout enfant a droit a une alimentation équilibrée suffisante, à une eau potable et à I ‘allaitement maternel  privilégié)

Depuis dix ans maintenant l’ONG Creuset Togo avec le soutien de bonnes volontés et de ses partenaires Allemands notamment KiRA, exécute plusieurs programmes de développement centrés essentiellement sur l’Enfant car pour nous  l’avenir d’une communauté dépend de la qualité de sa jeunesse.

Voilà pourquoi notre crédo de tous les jours est : L’Enfant d’abord ! Qu’il en soit ainsi chez vous et autour de vous !

TCHAMDJA Alphonse

Technicien Agricole au Centre Kandyaa de l’Ong Creuset Togo

Partagez avec vos amis

Vous aimerez aussi...